Version officielle - Fin du mystère du WT7

  http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/wtc-7-la-fin-du-mystere-20799
parSerge A
vendredi 29 août 2008 -

WTC 7 : la fin du mystère ?

 
Le NIST (National Institute of Standards and Technology), après trois ans d’enquête, a publié, jeudi 21 août, son rapport sur les causes de l’effondrement du WTC 7, la troisième tour à s’être effondrée le 11 septembre 2001.
C’est le directeur de l’étude, Shyam Sunder, qui s’est chargé de présenter les résultats de l’étude. Pour résumer, c’est bien le feu qui serait à l’origine de la chute de cette tour de 47 étages, d’une hauteur comparable à celle de la Tour Montparnasse à Paris.
Voici un résumé un peu plus détaillé des conclusions du NIST :
1. L’effondrement des Tours Jumelles a provoqué de sévères dommages sur la façade sud du WTC7, réduisant l’équilibre structurel du bâtiment.
2. Des incendies alimentés par les meubles, la moquette et les fournitures de bureau se sont développés, puis ont ravagés plusieurs étages en chauffant les planchers et l’acier des colonnes ; les incendies ont pu se répandre car, indique le NIST, les extincteurs automatiques (sprincklers) ne fonctionnaient pas à cause de la rupture d’une canalisation d’eau.
3. Puis, et c’est un phénomène totalement nouveau, la dilatation thermique provoquée par l’augmentation des températures a forcé les boulons des jonctions aux extrémités des planchers, jusqu’à leur fissuration puis leur rupture, entraînant le report du poids des étages sur la colonne 79 qui a cédé.
4. S’en sont suivis un décrochage des planchers entre les 7e et 14e étages puis un effondrement progressif (de l’intérieur puis de l’extérieur du bâtiment) tel que présenté dans l’animation 3D publiée sur le site du NIST.
La chute inexpliquée du WTC 7 était l’un des éléments les plus souvent mis en avant par les tenants de la thèse d’un complot mis en place le 11 septembre par le gouvernement américain lui-même. Selon eux, ce bâtiment aurait fait l’objet d’une démolition contrôlée (à l’aide d’explosifs).
"Les témoignages vidéo et photographiques que nous avons analysés ainsi que les simulations détaillées réalisées sur nos ordinateurs montrent qu’aucun explosif ni carburant n’a joué de rôle dans l’effondrement du bâtiment N.7", leur a répondu Shyam Sunder.
Selon l’AFP, le "rapport met un point final aux controverses sur les raisons de l’effondrement du bâtiment" et, pour Jean Guisnel dans le Nouvel Observateur"le NIST tord le cou aux théories conspirationnistes sur le 11-Septembre".
La polémique est donc terminée. Enfin, pas encore pour tout le monde, puisque les membres du "Mouvement pour la vérité" ont, sans surprise, déjà fait savoir qu’il rejetaient les conclusions de l’étude du NIST, et qu’ils y répondraient dans le détail prochainement.
Selon le site ReOpen911, "dans son rapport de 1 000 pages, le NIST ne mentionne ni n’explique la présence avérée de résidus d’explosifs (thermite) dans la poussière de Ground Zero", il "ne mentionne ni n’explique la présence d’acier fondu dans les décombres du WTC7 et de particules de métal partiellement vaporisées dans la poussière (information pourtant confirmée par le New York Times dès le 29 Novembre 2001 et le 2 Février 2002, ainsi que par le US Geological Survey)", il "affirme qu’aucune des personnes qu’il a interrogées n’a entendu de bruits d’explosions", alors que des centaines de personnes auraient entendu ces explosions selon ReOpen911 (qui renvoie à des sources, comme celle-ci).
L’étude du NIST ne semble pas avoir tenu compte des avis de certains experts en construction et démolition contrôlée, qui affirment que le WTC 7 a été détruit à l’aide d’explosifs.
Parmi ces experts, en voici deux, l’expert en démolition contrôlée Danny Jowenko et l’architecte Richard Gage :

La science finira-t-elle par mettre tout le monde d’accord ? Saura-t-elle mettre un terme à cette interminable controverse ? Il est permis d’en douter.




Témoignages - Jennings Barry


http://www.reopen911.info/News/2008/10/07/temoignage-de-barry-jennings-survivant-du-wtc7-et-decede-le-19082008/

Témoignage de Barry Jennings, survivant du WTC7 et décédé le 19/08/2008

In Memoriam, Barry Jennings, décédé à 53 ans

Aaron Dykes pour Infowars.com, le 16 septembre 2008
Dans cette interview datée de 2007 et menée par Dylan Avery dans le but de l’inclure dans la version 3 finale de son célebre documentaire à base d’archives "LOOSE CHANGE", Barry Jennings – décédé à l’âge de 53 ans – raconte ce qu’il a vu lorsqu’il était piégé dans la tour 7 le 11/9. Jennings a dit aux journalistes le jour du 11 Septembre, tout comme devant les caméras de Loose Change en 2007, qu’il a entendu des explosions répétées à l’intérieur du bâtiment AVANT que les Tours 1 et 2 ne s’effondrent; il a aussi assuré avoir "enjambé des corps" au moment où on l’évacuait du hall "dévasté" du WTC7 (avant de se rétracter devant le journaliste de la BBC, tandis que par une astuce de montage cut, la BBC attribue artificiellement les explosions entendues par Barry Jennings, à l’effondrement de la première tour.  Notons que Dylan Avery a souhaité retrouver la femme et les 4 garçons de Barry, mais que le cabinet de détectives embauché pour ce faire, a rendu l’avance à Dylan en se déclarant incompétent pour cette mission. Sa femme et ses 4 garçons ont déménagés et demeurent introuvables.

 

Barry Jennings, témoin clef du 11/9, coordinateur des urgences pour le compte des / Autorités du Logement – Authority Housing – Ministère de l’habitat ? / de New York, est décédé à 53 ans dans des circonstances non encore élucidées. Suite à des rumeurs circulant sur Internet depuis plusieurs semaines, un porte-parole des Autorités du Logement (Housing Authority - NdT) vient de confirmer sa mort, mais a refusé d’en dire plus.
À ce jour, ce bureau n’a contacté aucun membre de la famille Jennings, et la cause officielle du décès reste inconnue pour le moment. Pourtant, des commentaires en ligne prétendent que le décès date du 19 août 2008.
Il est surprenant qu’un témoin important – et controversé – du 11/9 décède quelques jours seulement avant que ne sorte le rapport du NIST concernant le WTC7 et peu de temps après qu’une tempête incendiaire éclate contre son témoignage relatant qu’il avait entendu des explosions à l’intérieur du bâtiment avant l’effondrement des 2 Tours, et qu’il y avait des cadavres dans le hall dévasté de l’immeuble. La BBC a diffusé La Troisième Tour [ndlr. dans la série des "Conspiracy Files"] en juillet pour tenter de discréditer le récit de Jennings – qui contredit et écorne du même coup l’histoire officielle du 11/9 – voulant savoir si oui ou non il avait dit avoir "vu" des cadavres dans le hall.
Pourtant, lors d’une interview de Dylan Avery et de Jason Bermas, les affirmations de Jennings- qui n’ont pas été contredites – étaient : "Le pompier qui nous faisait descendre disait sans cesse "ne regardez pas par terre". J’ai demandé :"pourquoi". Et nous enjambions des gens- vous savez, vous le sentez quand vous enjambez des gens".
Maintenant, la diffusion de "Fabled Enemies" de Jason Bermas concerne le récit controversé de Jennings. Le film met en vedette une interview complète de Barry Jennings faite aux médias le jour des attaques, ainsi que les affirmations de Michael Hess, également piégé avec lui dans le WTC7.
Dans cette interview exclusive, Barry Jennings, qui avait distinctement entendu des explosions à l’intérieur du bâtiment, réitére ses doutes sur l’explication de l’effondrement de la tour 7 du World Trade Center : "Une seule chose me laisse perplexe, une seule question – pourquoi le WTC 7 est -il tombé d’un coup. Cela me laisse vraiment perplexe. Je sais ce que j’ai entendu – j’ai entendu des explosions. L’explication que j’ai obtenue c’est que c’était des réservoirs de fioul. Je suis un ancien chauffagiste- si cela avait été des réservoirs, ça aurait été d’un côté du bâtiment."
À la demande de Monsieur Jennings, qui avait reçu plusieurs menaces à son travail, cette interview n’a pas été diffusée avant juin 2008; il avait demandé à ne pas paraitre dans "Loose Change : Final Cut" pour les mêmes raisons.
Les affirmations de Jennings ont enflammé les interrogations sur la cause réelle de l’effondrement soudain de la tour 7 du WTC, au moment même où le NIST espérait que la diffusion de son rapport discréditerait les croyances selon lesquelles le bâtiment a été détruit sur le mode d’une démolition contrôlée.
La nouvelle de la mort de Jennings recoupe celle d’un autre héros du 11/9 et témoin – Kenny Johannemann, qui se serait suicidé 12 jours avant le 7e anniversaire du 11/9. Johannemann aurait sauvé au moins une personne le 11/9, il a également été témoin des explosions dans les tours.
Le rapport du NIST ainsi que celui de la Commission (qui n’a même pas évoqué la tour 7), ont totalement ignoré les affirmations du locataire du bâtiment, Larry Silverstein, tout comme celles de nombreux policiers, pompiers et autres témoins qui ont affirmé avoir été prévenus que l’immeuble allait s’effondrer et à qui on a dit de revenir. Un secouriste a même entendu un décompte concernant l’implosion du bâtiment.
Malheureusement, Barry Jennings, dont le témoignage a été ignoré par la Commission du 11/9, ne peut plus personnellement soulever de questions à la lumière de son expérience dans la tour 7, mais son récit restera enregistré et disponible dans sa totalité dans le DVD "Fabled Enemies" ; ainsi, ce qu’il a vu le 11/9 ne pourra être ignoré.
La vérité concernant la tour 7 sera révélée, et le témoignage de Barry Jennings n’aura pas été vain. Si vous possédez des informations concernant les circonstances de la mort de Barry Jennings ou autres renseignements, veuillez contacter aaron@infowars.com. Nous adressons nos condoléances à la famille et aux amis qui lisent ceci.
Dylan Avery
Traduit par Apetimedia pour ReOpenNews

 


 

Témoignages - Danny Jowenko



  http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/11-septembre-2001-le-wtc-7-danny-53682

par
kropotkine(son site)samedi 28 mars 2009 -

11 septembre 2001 : le WTC-7, Danny Jowenko et l’hypothèse maudite

L’effondrement du WTC N°7 l’après-midi du 11 septembre 2001, 7 heures après la chute des Tours Jumelles, est un des arguments clefs de la contestation de la version officielle des attentats. La preuve pour les sceptiques d’une opération sous faux pavillon
Selon le NIST, (Institut de normalisation américain dépendant du ministère du commerce) et les croyants, cette tour de 47 étages serait le 1er gratte-ciel de l’histoire détruit par le feu, l’institut revendiquant la découverte d’un " authentique nouveau type d’effondrement".
Demeure l’hypothèse maudite d’une démolition contrôlée préparée et réalisée le 11/09/2001, une possibilité crédible aux yeux d’un plus grands spécialistes européens des démolitions contrôlées Danny Jowenko.
Une explication officielle longtemps attendue.
Les lecteurs et téléspectateurs français n’entendirent que très peu parlé du World Trade Center N°7 jusqu’à la publication du rapport final du NIST, en août 2008.
 
De 2002 à 2008, le sujet fut soigneusement occulté par les journalistes engagés dans la croisade de la défense de la version officielle.
 
Antoine Vitkine, Guillaume Dasquié, Jean Guisnel ou Stéphane Malterre évitaient soigneusement le sujet ; sans doute considéraient-ils le seul document officiel disponible, le rapport préliminaire de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), publiée en mai 2002, trop porté à l’hérésie et au scepticisme (cf. chapitre suivant)
La vidéo présentée ci-dessous est un résumé du rapport final sur les causes de l’effondrement du WTC 7, publié par le NIST en août 2008. Produite par l’institut, cette vidéo est un document officiel.
 

 
"L’effondrement vertical progressif ", une explication acceptée sans ciller par les croyants., comme tous les autres éléments de la version officielle.
Mais quelle est la valeur scientifique d’une modélisation informatique dont les présupposés imposèrent au NIST d’évacuer témoins et documents contradictoires ?
Ainsi, les constatations matérielles réalisées par la FEMA et indexées dans l’annexe C du rapport préliminaire de 2002 : l’agence étudia notamment une poutre du WTC 7, récupérée à Ground Zero et qui présentait une érosion et des changements structurels dont elle fut incapable d’établir l’origine.
 
Une analyse métallographique conduite par la FEMA mit en évidence la présence d’un écoulement composé de soufre, d’oxygène et de fer. 
L’agence fédérale concluait ainsi l’annexe C : " la corrosion sévère et l’érosion subséquente de l’échantillon sont des événements rarissimes. Aucune explication pour la présence de soufre n’a pu être trouvé. Nous recommandons une étude détaillé de ce phénomène…"

Le NIST, au début de son enquête en 2005, affirma ne disposer d’aucun échantillon d’acier du WTC 7. Et le rapport de la FEMA, comme ses recommandations, passèrent à la trappe. 
Bizarrement, la chaîne de télévision BBC disposait d’un tel échantillon en 2007 pour le tournage de son documentaire " The Third Tower ".

Ensuite, les affirmations de monsieur Sunder sur l’absence de larges explosions sont contredites par des dizaines de vidéos et de nombreux témoignages de survivants.
 
Les curieux se rapporteront au documentaire, pourtant partial, "The third Tower " où ces éléments sont présentés en détail.

Enfin, n’est-il pas surprenant que l’agence de presse Reuters , suivie par la BBC et CNN, ait anticipé de presque 1 heure, l’après-midi du 11/09/2001, un effondrement dont les causes et l’occurrence seraient uniques.
Le WTC 7 : un immeuble très particulier
Les locataires du World Trade Center 7 n’étaient pas des locataires ordinaires. Comme l’a révélé la FEMA dans son rapport de 2002, ce bâtiment abritait entre autre :
  • La S.E.C (équivalent de l’Autorité des Marchés Financiers, chargée d’enquêter notamment sur les délits boursiers) organisme qui a perdu des milliers de dossiers dans l’effondrement.
  • l’IRS (service des impôts),
  • le Departement Of Défense,
  • la deuxième antenne américaine de la CIA sur le territoire US.
  • US Secret Service
Outre les locataires des lieux, la localisation des incendies censément à l’origine de l’effondrement, telle que rapportée par la FEMA, ne manque pas de saveur : 
  • étages 7-8 = American Express Bank
  • étage 10 = Secret Service
  • étage 11 : Security & Exchange Commision (SEC)
  • étage 19= National Association of Insurance Group Commissionners & Security Valuation Office).
Les croyants tentent aujourd’hui de minimiser l’importance de ces informations, voire de les nier.
Un exemple récent, cette déclaration le 10 mars 2009 de Guillaume Dasquié, journaliste invité à un " débat " sur " les théories de la conspiration " sur le plateau de Michel Field : " selon certains, le WTC 7 abritait des locaux de la CIA, je vous laisse imaginer la suite " …en effet, une certaine FEMA, dans un rapport officiel de 2002, a révélé ce fait.
 

Un étrange propriétaire.
 
Il convient de s’attarder sur la personnalité de Larry Silverstein , propriétaire du bâtiment N°7, et ses déclarations polémiques à la chaîne PBS Nova en 2002.
 
Au préalable, pour ne pas prêter le flan à l’accusation infamante d’antisémitisme, je renverrai les lecteurs àcet article paru dans le grand quotidien de la gauche israélienne Haaretz le 21 novembre 2001, qui détaille avec précision l’étrange chronologie de l’acquisition du WTC par cet homme d’affaire americano-israélien, sa carrière et ses amitiés.
Un article passé inaperçu jusqu’à cette déclaration fracassante de l’intéressé dans le documentaire " America Rebuilds " :
 


"Je me souviens avoir reçu un appel du " Fire Departement commander ", qui n’était pas sûr de pouvoir contenir les incendies… Je lui ai dit " nous avons déjà perdu tellement de vies, la chose la plus intelligente serait de "pull it" ("pull le bâtiment"). Et ils ont pris la décision de "pull" (le bâtiment). Puis nous avons regardé le bâtiment s’effondrer "
Larry Silverstein aurait donc suggéré aux pompiers de " pull " c’est à dire, au choix selon que vous êtes un sceptique ou un croyant, de détruire ou d’évacuer le bâtiment. Une déclaration qui nourrit depuis 7 ans un débat où la mauvaise foi n’est l’apanage exclusif d’aucun des camps en présence.
 
2 faits cependant : dans le documentaire de la BBC " The Third Tower ", le responsable des pompiers de N.Y affirment qu’en aucun cas, le commandant n’aurait appelé Silverstein pour lui rendre compte de l’avancement des opérations. Encore moins pour lui demander l’autorisation d’évacuer ses hommes " when we are in charge, we are in charge. We don’t need to ask the permission of the owner, no ".
Ensuite si le terme "pull" appartient bien au jargon de l’industrie de la démolition contrôlée, il se réfère à la destruction d’un batiment tiré avec des câbles lorsque sa structure est fortement affaiblie. " Pull " un bâtiment ne se réfère pas à une démolition par explosifs.
 
Les sens véritable des propos de Silverstein reste donc un mystère.
Le paradoxe du cas WTC 7
 
Le paradoxe du cas WTC 7 réside dans ce fait étrange que croyants et sceptiques, pour des raisons différentes, mettent au centre de leurs argumentaires le temps nécessaire à la préparation de l’implosion d’un tel immeuble.
 
Pour les croyants, il serait impossible qu’une équipe ait bénéficié de l’accès suffisant au bâtiment, des mois durant, qu’aurait requis l’installation des explosifs et câblages.
Pour les sceptiques, l’implosion du WTC 7 serait précisément la preuve d’une préconnaissance des attentats voire d’une opération sous faux pavillon.
 

Danny Jowenko : le témoignage tronqué, l’explication maudite
 
L’effondrement du World Trade Center 7 présente toutes les caractéristiques d’une démolition contrôlée : symétrie et vitesse de la chute, pile de débris contenue sur les fondations du bâtiment, implosion du noyau de la structure clairement visible sur les vidéos….
 
La chaîne hollandaise Zembla TV, a diffusé à l’occasion du 5ème anniversaire des attentats une enquête sur les événements de New York. L’expert interrogé à cette occasion était Danny Jowenko, 20 ans d’expérience dans les démolitions contrôlées et président de Explosive Demolition.
 
De prime abord, dans la version télévisée de son témoignage, cet expert semblait abonder dans le sens d’une démolition contrôlée préparée de longue date, une implosion requérant normalement des mois de préparation.
 
Cette version tronqué est utilisée par un grand nombre de documentaires notamment Loose Change Final Cut.

Pourtant, quelques semaines après la diffusion télévisée de l’entretien, le réalisateur mit à la disposition des internautes les rushs de l’interview.
 
Un témoignage disponible donc depuis décembre 2006, occulté tant par les sceptiques que par les croyants, et que nous vous présentons ici en version originale, sous-titrée en français. 
 
Ainsi, contrairement à la version largement diffusée par les sceptiques, Danny Jowenko pense que le WTC 7 pouvait être implosé en moins de 7 H, pour la simple raison que le travail d’affaiblissement de la structure et de désamiantage n’était pas utile dans le contexte particulier du 11/09/2001.

Une analyse en quelque sorte maudite, qui ne sert les intérêts d’aucun des camps en présence : une démolition contrôlée ordonnée, préparée et réalisée le 11/09/2001, pour des motifs essentiellement financiers.
 
Une explication bien plus acceptable que " l’effondrement vertical progressif induit par le feu ". Et plus raisonnable qu’une démolition préparée en amont des attentats.


Reste à rendre compte des autres coïncidences du 11/09/2001 : 
  • la zone du Pentagone prétendument frappée par le Vol AA77 qui abritait les commissaires aux comptes du Département de la défense et d’importantes informations budgétaire (cf : le rapport du Comté D’arlington disponible ici),
  • l’absence de réponse de la chasse (une 1ère dans l’histoire des Etats-Unis et du NORAD),
  • les délits d’initiés documentés par des études sérieuses (NNN),
  • les 3 défaillances structurelles majeures, la même journée, que représentent les effondrement des WTC 1, 2 et 7.
     
Une étude stastistique sur la probabilité d’occurrence d’une telle suite de "coïncidences", dans une fenêtre d’à peine 8 heures, serait certainement instructive. 

 

Points clé du 11/09 - L'effondrement Magique du WT7

 

 

Posté par Christo le 24/08/2010
7 heures après les tours jumelles, une troisième tour haute de 47 étages, le WTC7, s'est effondrée sur elle-même en à peine 7 secondes. Sans raison apparente puisqu'aucun avion ne l'avait percutée. Chose étrange, la BBC et CNN annonçaient son effondrement ... avant même qu'il ne survienne ! La Commission d'enquête a passé le cas sous silence.


11 Septembre: chute du WTC7 sur CBS News par ReOpen911 /complete>
Article bientôt disponible
En attendant la publication prochaine de cet article point-clé, nous vous invitons à regarder les images de la chute du WTC7 provenant du JT de CBS News du 11 septembre 2001 vers 17h30 (heure locale), soit environ 10 minutes après l'effondrement effectif de la tour :


Traduction des commentaires du journaliste de CBS News Dan Rather : "Stupéfiant, incroyable, les mots me manquent. Pour la troisième fois aujourd'hui, ces images nous rappellent ce que nous avons tous déjà si souvent vues à la télévision, lorsqu'un immeuble est délibérément détruit par des charges de dynamite posées judicieusement pour le faire tomber."
 
Le WTC7 était situé à 100 m de la Tour Jumelle la plus proche (la Tour n°1 également appelée Tour Nord). 
Il s'est effondré sur lui-même de façon symétrique et régulière et à une vitesse proche de la chute libre [1] (ce qui signifie qu'une boule de billard jetée du toit du gratte-ciel aurait mis à peine moins de temps ou serait tombée à peine plus rapidement). Les autres bâtiments situés à pareille distance des Tours Jumelles (tels le bâtiment Verizon et l'US Post Office) n’ont quant à eux subi que des dommages superficiels (à noter que le WTC6 qui lui était situé au pied de la Tour Nord fut sérieusement endommagé mais il n'a pas implosé sur lui-même) .
Selon l'explication officielle, l'effondrement de cette tour - haute de 186 mètres et de 47 étages - serait dû à des incendies provoquées par la chute des tours jumelles. 
Il s'agit là du troisième bâtiment à structures d'acier de l'histoire à s'effondrer de la sorte à cause d'incendies ... les deux premiers étant ... les Tours Jumelles.

[1] Le WTC7 s'est effondré en 6,5 secondes. Les spécialistes du NIST, l'agence gouvernementale chargée de l'enquête sur les effondrements du World Trade Center, ont dû admettre que l'effondrement fut celle d'une accélération en chute libre sur les 2,25 premières secondes de la chute, suite aux remarques et aux questions simples de 2 physiciens. Voir la vidéo "L'effondrement en chute libre du WTC7 est désormais officiel".

 

11 septembre : la BBC a annoncé l’effondrement du bâtiment 7 avant qu’il ne se produise...

Une incroyable vidéo de BBC World filmée en direct le 11 septembre 2001 et récemment diffuséesur Internet révèle que la BBC a annoncé l’effondrement du bâtiment 7 du World Trade Center 23 minutes avant qu’il ne se produise. Dans un premier temps, BBC World a été incapable de confirmer ou d’infirmer les faits car, tenez-vous bien, la chaîne a perdu tous les enregistrements du 11 septembre 2001 ! Finalement, BBC World a fini par admettre l’intégrité de la vidéo. Et les grands médias dans tout ça ? Eh bien, ils ont passé toutes ces informations complètement sous silence !
Les faits 
Le 11 septembre 2001, le bâtiment 7 du complexe du World Trade Center, un immeuble de 47 étages, s’effondre soudainement à 17 h 20 (heure locale), soit environ sept heures après l’effondrement des tours jumelles. Selon la version officielle, issue d’un rapport publié en mai 2002 par l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA), la meilleure hypothèse serait que des feux aux 5e et 7e étages aient affaibli la structure en acier du bâtiment jusqu’à provoquer son effondrement. FEMA admet toutefois que cette meilleure hypothèse était improbable [1].
Or, voici qu’une vidéo (accessible en fin de page) mise récemment sur Internet montre que BBC World a annoncé en direct l’effondrement du bâtiment 7 quelque 23 minutes avant que le bâtiment ne s’effondre. Lavidéo est franchement surréaliste. Une journaliste de la BBC, Jane Standley, debout devant une baie vitrée, avec en arrière-plan les ruines fumantes de Manhattan, nous explique que le bâtiment 7 (auquel la journaliste réfère par son autre nom "Salomon Brothers Building") vient de s’effondrer alors que l’on peut l’apercevoir derrière elle encore debout. Malheureusement, la communication est interrompue avant que le bâtiment 7 ne s’effondre en direct.
La polémique a rapidement pris de l’ampleur sur Internet (mais seulement sur le Net car les médias établis l’ont complètement occulté) au point de provoquer une réaction de la BBC sommée par de nombreux internautes de confirmer ou d’infirmer l’intégrité de la vidéo et l’heure exacte de sa diffusion.
La première réponse de la BBC (datée du 27 février 2007), par l’intermédiaire de Richard Porter, le responsable de l’information (Head of news) sur BBC World, est franchement inattendue : tous les enregistrements originaux du 11 septembre 2001 de BBC World ont été perdus !
Finalement, dans une seconde réponse (datée du 2 mars 2207), Richard Porter explique que des sources qu’il ne peut clairement identifier (pompiers ou médias locaux ?) auraient annoncé environ une heure à l’avance que des feux dans le bâtiment 7 allaient probablement provoquer son effondrement. Cette information aurait ensuite été reprise par la BBC.
CLIQUEZ pour la suite