Le coup de grâce : la supercherie des pseudo attentats du 11 septembre 2001 est terminée

Dans quelques dizaines d'heures, l'un des plus gros mensonges du début du 21ème siècle sera partiellement dévoilé. Les pseudo attentats du 11 septembre 2001 ayant touché New York et Washington n'ont jamais été autre chose qu'une immense escroquerie aux assurances, doublée d'une attaque sous faux drapeau pour justifier la poursuite de guerres sans fin pour...

http://strategika51.blog

 

[2000] George H.W. Bush, la CIA et le dossier du terrorisme d'État. Par Robert Parry

Source : Consortium News, Robert Parry, 23-09-2000 Il y a quarante deux ans, une voiture piégée explosait à Washington tuant l'ancien ministre des affaires étrangères du Chili Orlando Letelier, un acte de terrorisme d'état que la CIA et son directeur George H.W. Bush ont tenté de dissimuler, a rapporté Robert Parry le 23 septembre 2000.

https://www.les-crises.fr



11-Septembre. 15 ans après, la journée d'horreur minute par minute

  • 2 819 personnes sont mortes dans les attentats de New York, dont 343 sapeurs-pompiers de New York, 23 officiers du New York Police Department et 37 policiers de l’Autorité portuaire. 2 819 personnes sont mortes dans les attentats de New York, dont 343 sapeurs-pompiers de New York, 23 officiers du New York Police Department et 37 policiers de l’Autorité portuaire. | Archives Reuters

Ce dimanche, c'est le quinzième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Retour minute par minute sur les événements de cette journée meurtrière.

2 819 personnes sont mortes dans les attentats de New York, dont 343 sapeurs-pompiers de New York, 23 officiers du New York Police Department et 37 policiers de l’Autorité portuaire. 189 personnes sont mortes dans l’attentat de Washington. 45 personnes ont péri dans l’avion qui s’est écrasé en Pennsylvanie. Bilan : 3 053 tués.

Retour minute par minute sur les événements, du premier impact sur la tour nord du World Trade Center à la fermeture de toutes les ambassades américaines à travers le monde. 

8 h 46 à New York (14 h 46 en France). Un Boeing 767 d’American Airlines assurant le vol AAL 11, parti de Boston 47 minutes plus tôt à destination de Los Angeles, avec 85 personnes à bord, s’écrase contre la tour nord du World Trade Center, entre les étages 94 et 98.

8 h 47. CNN interrompt ses programmes et diffuse les premières images, filmées par des caméras fixes de la chaîne braquées en permanence sur des lieux symboliques.

 

8 h 50. George Bush, qui s’apprête à visiter une école de Sarasota (Floride) est informé par une de ses conseillères. Le président confessera plus tard avoir pensé: « Quel pilote nul ! »

8 h 54. Au siège d’American Airlines, on sait déjà qu’il s’agissait d’un avion détourné. Une demi-heure plus tôt, deux hôtesses du vol AAL11, Betty Ong et Madeleine Amy, ont appelé une employée et l’ont informée de la prise d’otages par cinq terroristes dont l’un, Mohammed Atta, a pris les commandes de l’appareil.

8 h 59. Ordre est donné d’évacuer la tour sud, intacte, du World Trade Center

9 h 03. Alors que toutes les chaînes américaines retransmettent dans le monde les images du World Trade Center, un second appareil s’écrase contre la tour dud, entre les étages 78 et 84. Le Boeing 767 assurant le vol 175 d’United Airlines était parti 1 h 05 plus tôt de Boston, à destination de Los Angeles, avec 65 personnes à bord (dont cinq pirates de l’air). Après ce second crash, l’hypothèse terroriste ne fait plus de doute.

9 h 05. Le chef de cabinet de la Maison-Blanche, Andrew Card, appelle George Bush en pleine visite dans l’école de Sarasota et l’informe du second crash. Pendant sept minutes, le président reste sans réaction.

 

9 h 11. Deux mille policiers sont déjà déployés autour des tours jumelles, dans lesquelles 500 pompiers ont déjà pénétré.

9 h 14. Alors que le feu se propage, des gros plans des chaînes de télévision montrent occupants des tours se jetant dans le vide pour échapper aux flammes. CNN les floute d’abord, puis cesse la diffusion de ces images. 50 à 200 personnes se sont défenestrées, selon les estimations.

9 h 20. En l’absence de George Bush, le vice-Président Dick Cheney prend les commandes. Un responsable de la Maison-Blanche affirme à des journalistes : « Il ne s’agit vraisemblablement pas d’un accident. »

9 h 29. George Bush s’exprime à la télévision depuis Sarasota. Il parle d’une « apparente attaque terroriste contre notre pays » et d’une « tragédie nationale ».

 

 

9 h 35. CNN affiche à l’écran la mention : « America under attack ». L’Amérique attaquée. Les chaînes de télévision décident de mettre en commun leurs images.

9 h 36. À Washington, Dick Cheney est conduit dans un bunker sous la Maison-Blanche, le département d’État est évacué.

9 h 37. Une forte explosion retentit dans l’aile ouest du Pentagone, où le commandement de la marine est éventré. Une seule caméra de vidéosurveillance montre l’arrivée au ras du sol d’une masse blanche.

 

Il s’agit du Boeing 757 assurant le vol 77 d’American Airlines entre Washington et Los Angeles. Les 64 personnes à bord (dont cinq terroristes) sont tuées, ainsi que 125 employés de la Défense.

 

Le pentagone après l'attaque. Le pentagone après l'attaque. | AFP

 

Le pentagone après l'attaque. Le pentagone après l'attaque. | Reuters

9 h 42. Les autorités interdisent tous les vols commerciaux dans le ciel des États-Unis, une première historique. Des milliers de vols se posent immédiatement ou sont déroutés vers le Canada, des dizaines de milliers dans le monde sont annulés.

9 h 47. Les administrations, la gare, le métro et les deux aéroports de Washington sont fermés. 

9 h 57. Le 911 (service d’urgences) reçoit l’appel d’un passager enfermé dans les toilettes du vol 93 d’United Airlines, parti de Newark (sud de New York) pour San Francisco avec 44 personnes à bord : « Nous sommes détournés, nous sommes détournés ». D’autres communications vont suivre : les passagers sont informés de la situation à New York.

9 h 59. La tour sud du World Trade Center s’écroule totalement, engloutissant des centaines de personnes qui s’y trouvaient piégées. La structure métallique n’a pas supporté la température de l’incendie, qui dégage plus de 1 000 °C.

 

10 h 03. Le Boeing 757 d’United Airlines s’écrase dans un champ à Shanksville (Pennsylvanie), alors que plusieurs passagers luttaient contre quatre terroristes. Le crash du vol UA93 fait 45 tués.

10 h 07. L’avion présidentiel Air Force One décolle de Floride, mais les services de sécurité lui interdisent de se rendre à Washington. Il se pose sur la base militaire de Barksdale, en Louisiane, puis à Offutt, dans le Nebraska. Bush ne sera autorisé à rejoindre la capitale fédérale que le soir.

George W. Bush sur la base de Barksdale. George W. Bush sur la base de Barksdale. | Reuters

 

10 h 12. Un responsable du renseignement dit à des journalistes : « Nous ne savons pas qui est à l’œuvre, mais ça ne peut être que le travail d’un ennemi sophistiqué ».

10 h 15. À New York, le siège des Nations Unies est entièrement évacué. La session annuelle devait s’ouvrir le jour même, elle est reportée.

10 h 28. La tour Nord du WTC s’effondre à son tour. Les débris des deux édifices hauts de 420 m volent dans tout le quartier, le sud de Manhattan est noyé dans un nuage de poussière.

10 h 30. Le maire de New York, Rudoph Giuliani, qui arpente les rues, avec la sénatrice Hillary Clinton à ses côtés, ordonne : « Si vous vous trouvez au sud de Canal Street, partez ! » Un immense peloton d’habitant court vers le nord et quitte l’île de Manhattan par les ponts.

16 h 42 en France (10 h 42 à New York). Jacques Chirac, qui a interrompu une visite en Bretagne pour rentrer à Paris, ordonne le passage de Vigipirate à l’échelon rouge et condamne « des attaques monstrueuses » et déclare : « Le peuple français se tient au côté du peuple américain ».

17 h 44 à Gaza (10 h 44 à New York). Yasser Arafat, président de l’Autorité palestinienne est le premier dirigeant arabe à adresser ses condoléances aux États-Unis : « Nous condamnons entièrement cette opération. Nous sommes sous le choc. C’est incroyable, incroyable ».

10 h 48. À Washington, en plein flottement, les parlementaires décident d’évacuer le Capitole.

10 h 54. Toutes les ambassades américaines dans le monde sont évacuées et fermées, les bases américaines dans le monde entier placées en alerte rouge.

 

LIRE AUSSI.

11-Septembre. Un rescapé français des attentats du World Trade Center témoigne

11-Septembre. Quinze ans après, les Etats-Unis toujours vulnérables

11-Septembre. Une histoire musicale d’après le chaos

11-Septembre. Des policiers et pompiers français à New York dimanche