Le principe de cause et d'effet

Je vous propose de faire un bilan de votre situation actuelle et d'aller chercher en vous un chemin de Lumière avec l'aide du Tarot de Marseille. ( tirage gratuit )

http://tarot.amateur.free.fr

 

L’étude scientifique obéit-elle à la relation de cause à effet ?

lundi 31 décembre 2012, par Robert Paris

« De la poule ou de l’oeuf, laquelle est la cause et lequel est l’effet ? »

« De l’électricité et du magnétisme, dans l’électromagnétisme, lequel est la cause et lequel l’effet ? »

« Dans la chute des corps par gravitation des masses, la gravitation et la masse, laquelle est la cause et laquelle l’effet ? »

Pour le proverbe populaire « Il n’y a pas de fumée sans feu. », tout à une cause cependant...

Proverbe du bon sens populaire

« A constitue l’essence de B, si et seulement si :

- l’existence de B implique l’existence de A

- la non-existence de B implique la non-existence de A »

L’Ethique de Spinoza

« Si nous pensons à une blessure, nous pouvons à peine nous empêcher de réfléchir à la douleur qui la suit. (…)Mais l’espèce la plus habituelle de rapport entre les différents évènements qui entrent dans une composition narrative est celle de cause à effet (...) la connaissance des causes est non seulement la plus satisfaisante, cette relation ou connexion étant la plus forte de toutes, mais aussi la plus instructive ; car c’est cette connaissance seule qui nous rend capables de dominer les évènements et de gouverner l’avenir. (…) Tous les raisonnements sur les faits paraissent se fonder sur la relation de la cause à l’effet »

L’Entendement de Hume

« À cause du clou, le fer fut perdu.
À cause du fer, le cheval fut perdu.
À cause du cheval, le cavalier fut perdu.
À cause du cavalier, le message fut perdu.
À cause du message, la bataille fut perdue.
À cause de la bataille, la guerre fut perdue.
À cause de la guerre, la liberté fut perdue.
Tout cela pour un simple clou. »

Benjamin Franklin

« L’objet est soit dessein soit objet selon la façon dont il nous plaît de le regarder, et nous pouvons prendre en tout temps une cause pour un effet et réciproquement, de sorte que nous ne pouvons jamais, d’une manière absolue, distinguer l’un de l’autre. »

Edgar Poe

« Nous devons envisager l’état présent de l’univers comme l’effet de son état antérieur, et comme la cause de celui qui va suivre. Une intelligence qui, pour un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ces données à l’analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l’univers et ceux du plus léger atome : rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux. »

Pierre-Simon Laplace, Essai philosophique sur les probabilités (1814)

« La cause et l’effet constituent un seul et même contenu. (…) Tous les deux se présupposent et agissent l’un sur l’autre, tous les deux se précèdent et se posent l’un l’autre. Tous les deux sont le résultat de leur action réciproque. »

Hegel dans Petite Logique

« Pour connaître ces détails » (ou les particularités du tableau d’ensemble des phénomènes universels), « nous sommes obligés de les détacher de leur enchaînement naturel ou historique et de les étudier individuellement dans leurs qualités, leurs causes et leurs effets particuliers. (…) Cause et effet sont des représentations qui ne valent comme telles qu’appliquées à un cas particulier, mais que, dès que nous considérons ce cas particulier dans sa connexion générale avec l’ensemble du monde, elles se fondent, elles se résolvent dans la vue de l’universelle action réciproque, où causes et effets permutent continuellement, où ce qui était effet, maintenant ou ici, devient cause ailleurs ou ensuite, et vice versa. »

Engels dans l’Anti Dühring

« Il n’y a dans la nature ni cause ni effet »

Mécanique de Mach

« Mach avait raison quand il affirmait qu’il n’y a plus de cause et d’effet dans la nature. »

Cassirer dans « Déterminisme et Indéterminisme dans la physique moderne »

« Ce qu’on affirme nécessaire, écrivait Engels, est composé de purs hasards et le prétendu hasard est la forme sous laquelle se cache la nécessité. La causalité linéaire est suffisante pour des phénomènes simples. Mais cette forme simpliste de détermination ne suffit lorsqu’on se trouve devant des systèmes complexes et sensibles. (...) Le hasard n’est pas la négation de la causalité et du déterminisme ; il est la négation dialectique de la nécessité, expression de la richesse des déterminations des systèmes physiques. »

Bitzakis dans « Physique et matérialisme »

« Ce qui manque à tous ces messieurs (les critiques bourgeois de Marx) c’est la dialectique. Ils ne voient toujours ici que la cause, là que l’effet. Que c’est une abstraction vide que dans le monde réel pareils antagonismes polaires métaphysiques n’existent que dans les crises ; mais que tout le grand cours des choses se produit sous forme d’action et de réaction de forces, sans doute très inégales, dont le mouvement économique est de beaucoup la force la plus puissante, la plus initiale, la plus décisive, qu’il n’y a rien ici d’absolu et que tout est relatif, tout cela, que voulez-vous, ils ne le voient pas ; pour eux, Hegel n’a pas existé. »

Engels - Lettre à Conrad Schmidt - 1890