Arnaud Aaron Upinsky, écrivain, mathématicien et linguiste était l’invité de Eric Van den 
 
Baviere à la librairie Notre-Dame de France. Il nous parle longuement des raisons qui l’ont 
 
poussé à écrire sa Lettre ouverte au Pape François au sujet du Linceul de Turin. Cette pièce
 
 archéologique unique administre la preuve scientifique de la résurrection de Notre Seigneur 
 
Jésus-Christ. Tout le monde le sait. Le vicaire du Christ doit le dire solennellement.

Dans son premier entretien " Et vous qui dites-vous que je suis ? " Arnaud-Aaron Upinsky, mathématicien, épistémologue et linguiste, avait exposé les impérieuses raisons qui l'avaient incité, le 29 mars 2015, à adresser au Pape François, au nom de la Science, une Lettre ouverte lui demandant de procéder à la reconnaissance officielle de l'authenticité du Linceul de Turin - recélant la preuve scientifique du fait fondateur de notre ère - pour en revenir au statut de véritable Relique de la Passion et de la Résurrection qui n'avait cessé d'être celui reconnu par l'Eglise, de 1473 à 1988, et pour mettre un terme définitif à l'intolérable ambiguïté attribuée au Linceul, authentique pour les uns, faux pour certains, objet criminel pour les autres. Le doute sur le Linceul de Turin doit cesser, l'Eglise doit trancher, allez-vous le vénérer ou l'Adorer ? lui avait-t-il écrit. En dépit de la censure, cette Lettre ouverte au Pape, diffusée dans le monde entier, traduite en italien, espagnol, allemand, anglais, russe... et âprement discutée au Vatican, a créé un véritable électrochoc à bas bruit. Mais lors de son face-à-face avec le Linceul, dans l'obscurité de la cathédrale de Turin, le 21 juin 2015, pour sa visite exceptionnelle clôturant l'ostension de 2015, quelle réponse le Pape François a-t-il donnée, aux yeux du Monde entier, à cette Question de la Reconnaissance - "Qui dites-vous que je suis" - posée au nom de la Communauté scientifique internationale, réunie à Rome en 2013, ayant procédé à la reconnaissance officielle de l'authenticité scientifique. La Réponse éblouissante du Pape, la presse l'a cachée et le public, même averti, a cru qu'il ne s'était "rien passé", tant le "secret" fut bien gardé. Pourtant cette réponse historique fut telle que plus rien ne sera comme avant. Réponse à vivre comme un fait biblique se dévoilant selon la grille de lecture religieuse du Temps et de "l'économie de la Révélation" : comme la figure du reniement de Pierre, mise en ombres et lumières dans toute l'histoire de l'art chrétien. Aujourd'hui, dans ce deuxième entretien, Arnaud-Aaron Upinsky, Directeur du Symposium de Rome et auteur de cinq livres sur le Linceul, nous révèle l'énigme de la venue exceptionnelle du Pape à Turin, le 21 juin 2015, le décryptage bien gardé de la réponse du Saint Siège à sa lettre ouverte du 29 mars 2015, la clef initiatique de la pièce géopolitique scientifico-religieuse dont dépend l'avenir de la Chrétienté, de l'Europe et de l'Humanité : " Le secret du reniement du Pape qui désarme la Chrétienté ! "

 

 

Ajoutée le 14 juil. 2015

Dans son premier entretien " Et vous qui dites-vous que je suis ? " Arnaud-Aaron Upinsky, mathématicien, épistémologue et linguiste, avait exposé les impérieuses raisons qui l'avaient incité, le 29 mars 2015, à adresser au Pape François, au nom de la Science, une Lettre ouverte lui demandant de procéder à la reconnaissance officielle de l'authenticité du Linceul de Turin - recélant la preuve scientifique du fait fondateur de notre ère - pour en revenir au statut de véritable Relique de la Passion et de la Résurrection qui n'avait cessé d'être celui reconnu par l'Eglise, de 1473 à 1988, et pour mettre un terme définitif à l'intolérable ambiguïté attribuée au Linceul, authentique pour les uns, faux pour certains, objet criminel pour les autres. Le doute sur le Linceul de Turin doit cesser, l'Eglise doit trancher, allez-vous le vénérer ou l'Adorer ? lui avait-t-il écrit. En dépit de la censure, cette Lettre ouverte au Pape, diffusée dans le monde entier, traduite en italien, espagnol, allemand, anglais, russe... et âprement discutée au Vatican, a créé un véritable électrochoc à bas bruit. Mais lors de son face-à-face avec le Linceul, dans l'obscurité de la cathédrale de Turin, le 21 juin 2015, pour sa visite exceptionnelle clôturant l'ostension de 2015, quelle réponse le Pape François a-t-il donnée, aux yeux du Monde entier, à cette Question de la Reconnaissance - "Qui dites-vous que je suis" - posée au nom de la Communauté scientifique internationale, réunie à Rome en 2013, ayant procédé à la reconnaissance officielle de l'authenticité scientifique. La Réponse éblouissante du Pape, la presse l'a cachée et le public, même averti, a cru qu'il ne s'était "rien passé", tant le "secret" fut bien gardé. Pourtant cette réponse historique fut telle que plus rien ne sera comme avant. Réponse à vivre comme un fait biblique se dévoilant selon la grille de lecture religieuse du Temps et de "l'économie de la Révélation" : comme la figure du reniement de Pierre, mise en ombres et lumières dans toute l'histoire de l'art chrétien. Aujourd'hui, dans ce deuxième entretien, Arnaud-Aaron Upinsky, Directeur du Symposium de Rome et auteur de cinq livres sur le Linceul, nous révèle l'énigme de la venue exceptionnelle du Pape à Turin, le 21 juin 2015, le décryptage bien gardé de la réponse du Saint Siège à sa lettre ouverte du 29 mars 2015, la clef initiatique de la pièce géopolitique scientifico-religieuse dont dépend l'avenir de la Chrétienté, de l'Europe et de l'Humanité : " Le secret du reniement du Pape qui désarme la Chrétienté ! "

 

 

 







« Qui dites-vous que Je suis? » (Arnaud-Aaron Upinsky)